On a beau fixé sans cesse la beauté des reflets du soleil dans la Seine on ne peut s'empêcher de voir tout les déchets qu'elle charrie...


C'est peut être cette fatigue que je traine sans cesse, ou alors le printemps que je guette mais je n'arrive plus à trouver de sens. C'est horrible d'être humain, une foutue bête qui essaie d'imposer sa logique au monde alors qu'il n'en a pas. Parfois j'aimerais être qu'un animal, sans la moindre conscience. Ne pas se demander à quoi tout cela sert. A quoi ça sert de vivre, puisqu'on se contente de naître, grandir, travailler, vieillir puis mourir.

Putain toute notre foutue existence résumé en cinq infinitifs.


Notre terre aurait pu rester un misérable cailloux sans vie, on aurait pu ne pas voir le jour qu'est ce que ça aurait changer? Puisque tout se résume à la fin par un grand écran noir?


Le pire dans tout ça c'est que je me rend compte du ridicule de ce que je dis. Tout le monde a pensé au moins ça une fois dans sa vie. Je n'ai rien d'originale, je ne suis qu'un patchwork assemblé d'une manière qui diffère légèrement du voisin. Et en plus avec des tendances narcissiques évidentes, pourquoi je viens étaler ici mes tripes...


Je voudrais rester étudiante toute ma vie, ne pas vieillir, apprendre sans cesse, vivre des milliers de vie, changer de corps. Mais je sais bien que tout se résume aux quatre saisons, on éclot, on mûrit, on dépérit lentement avant de mourir pour de bon.