En reprenant depuis le début et en corrigeant les textes, j'ai enfin ce petit déclic et je poursuis donc le chapitre 2 des Chroniques de Guilraen. Construire l'univers aide aussi à poursuivre, quand le stylo refuse de gribouiller une page blanche. Merci aux carnets de Gibert Joseph ^^
Voici un petit extrait de ce second chapitre, et comme quoi parler de l'écriture débloque ma main.

reflet1


En repensant à tout cela, elle eu envie d'écrire. Elle sortit le cahier que lui avait offert Alik. Il était épais, et la couverture teinte en bleu sentait bon le cuir. Elle tournait les pages épaisses, pensive. A quoi cela servait-il d'écrire dans ce carnet? Ça ne changeait rien à sa situation, après tout.  Peut être à cause du calme serein qui s'emparait d'elle quand elle caressait les pages, parce que elle avait l'impression que sa vie prenait plus de poids sur le papier. Peut être aussi parce que sans lui, elle serait devenu folle? Peut être qu'on écrit toujours pour ne pas devenir fou?

Oui je sais, je peux pas m'empêcher de faire Raphaëlle avec des morceaux de moi, pris ici et là.